- 1 -

- 1 -

Samedi 30 Avril 2011

2- Le bec dans l'eau - 1983

Masque féminin, avril 1983


Avril 1983. Je digérais à l'époque le demi échec, de mon premier film (Nuit).
Daniel Borenstein, informaticien autodidacte, premier ange de l'année, m'avait invité à partager pour ses expériences 3D un cimetière de mini-ordinateurs venus des USA. Ces machines étaient entreposées dans les locaux parisiens d'une entreprise disparue depuis lors : "Danecom" ou "Damecom" (?!).
Daniel et moi avions une mission : modéliser l'actrice Anémone. L'aventure était , à première vue, financée par Jacques Dorfman, producteur de films, qui venait de coproduire avec succès "la guerre du feu" de Jean Jacques Annaud.
Anémone devait apparaitre sous forme d'une statue 3D dans un film de Jérôme Diamant Berger, "l'Unique".


Daniel Borenstein devant un rendu en "fil de fer"

La première étape a consisté à photographier simultanément l'actrice selon 4 axes perpendiculaires. 4 photographes furent mobilisés pour faire les 4 prises de vues qui furent reportés par votre serviteur sur papier millimétré.

La deuxième étape fut la détermination sur le même papier millimétré des "cotes cartographiques" d'Anémone.
Elle fut déjà nettement plus longue.

La troisième étape fut consacrée à la modélisation, polygone par polygone, de l'actrice. Un travail terriblement fastidieux et sans filet. Il s'agissait de rentrer au clavier, les valeurs en x-y-z de chacun des sommet de chaque facette triangulaire du corps, déterminées à partir du relevé "topographique" précédemment établi. L'ordinateur nous livrait ensuite, après de mystérieux et longs calculs, au prix de ces milliers de cezames numériques et tatillons, la vision magique et sommaire - en "fil de fer" - de l'actrice célèbre.

Daniel Borenstein avait mis au point le programme permettant à l'ordinateur de restituer cette extraordinaire modélisation.
Longtemps la "statue" virtuelle de l'artiste resta dans les bases de données de Thomson Digital Image où Daiel alla travailler quelques années plus tard...
Techniquement, pour l'époque, cette opération de deux explorateurs téméraires de la 3 D balbutiante, fut en effet un vrai succès.


Anémone en 3D, tracé sur imprimante à jet d'encre, avril 1983

Tout cela aurait pu nous amener des ouvertures professionnelles prometteuses. Malheureusement, Anémone se fâcha avec son producteur et le réalisateur du film.
Elle fut remplacée par Julia Migenes-Johnson.
Christian Guillon qui nous avait mobilisé pour cette affaire nous abandonna sans aucune rémunération après des semaines et des nuits blanches de travail. Il put rester"responsable des effets spéciaux" au générique du film, après avoir mobilisé une autre équipe...


Divinité sous marine


Ce ne fut pas mon dernier échec dans le genre. Le milieu du cinéma parisien était à l'époque assez malhonnête, celui des "effets spéciaux" très artisanal...
Par contre cette expérience en plongée prolongée me permis de ramener quelques trésors sous marins dont je conserve précieusement des souvenirs intimes et extravagants ainsi que quelques traces précieuses et rares sur papier millimétré...
Graphiquement, l'expérience fut inoubliable, et m'ouvrit des portes créatives magnifiques et totalement inattendues.