- 1 -


L'émiettement
26/09/2018


Il faut du fric
23/09/2018

- 1 -

Dimanche 23 Septembre 2018

Il faut du fric

La truite du dimanche, photo ©paul coudsi 2018

Il faut payer pour le bon vin. Il faut payer pour la truite du dimanche qui vient de l’élevage de la rivière. Il faut payer pour écouter une musique vivante qu’on ne retrouvera jamais plus tard, une rencontre d’une belle émotion dans une salle de concert ou de théâtre petite ou grande, pour voir un film au cinéma, ou pour profiter d’une terrasse de café un soir sous un arbre où un grillon chante. Il faut payer. Il faut payer pour un beau livre ou un vieux bouquin, un bon repas ou quelques olives, un thé avec des biscuits, un meuble, un voyage, un moment de vacances, un dessin, un stylo. Il faut payer. Sauf à être dans la misère absolue, on a toujours de l’argent pour payer quelque chose. Pas toujours suffisamment. On fait toutefois des choix… Et ce ne sont pas toujours les plus pauvres qui n’ont pas le moins de fierté de payer, de « se payer » malgré tout un instant de merveille, un objet d’enchantement.


Fin de journée, photo ©paul coudsi 2018

Dans l’habitude actuelle trop répandue de ne pas payer, de profiter gratuitement de spectacles, animations, on paie bien plus cher. On paie la misère qui monte, on paie l’émiettement des œuvres, le désespoir de l’effort de la générosité et de créativité et la perte d’une qualité de l’art… Il faut payer les artistes si on veut profiter de leur art...
Et donc je réclame qu’on paie, le rare comme le commun, mais toujours, il y a une valeur, à payer.